En raison de la défense tenace de la Finlande, des grandes pertes humaines et matérielles de l’Armée rouge et de la menace de l’intervention de la Grande-Bretagne et de la France, l’Union Soviétique renonça à son projet de conquête de la Finlande. En raison de la déstabilisation du front et de l’incertitude de l’aide étrangère, la Finlande dut se résigner à un traité de paix amer qui entra en vigueur le 13 mars 1940.